Le temps de la Septuagésime

Avec la Septuagésime, nous quittons définitivement le cycle de Noël pour entrer dans le cycle Pascal. Les rites extérieurs propres à cette nouvelle saison liturgique : suppression du Glória à la messe, suppression du joyeux Alléluia à tous les champs de l'Office, même au Deus in adjutorium meum intende, avec lequel il fait pour ainsi dire corps, ornements violets, tout cela est singulièrement évocateur et suffirait à caractériser l'atmosphère où va désormais se dérouler toute la liturgie : c'est maintenant l'esprit de pénitence qui va - et de plus en plus à mesure que l'on approchera des jours saints où se célèbre le mystère de la passion du Seigneur - marquer de son sceau la prière de l'Eglise.

Lire la suite

ImprimerE-mail

Les psaumes de Communion ou psaumes eucharistiques

Psaumes de Communion


Psaumes de CommunionLa distribution de la communion est souvent un moment qui dure; paradoxalement, la pièce grégorienne chantée à ce moment là est la plus courte de la messe. En fait, il ne s'agit pas d'un chant responsorial comme le Graduel qui est une réponse à une lecture, il s'agit d'une antienne de communion, laquelle fut autrefois chantée en alternance avec un psaume.

 

Contrairement aux pièces d'Offertoire qui se sont enrichies avec le temps, les antiennes de Communion ont, pour une bonne partie, gardé leur caractère d'antienne, à savoir une certaine brièveté et sobriété en plus d'un ancrage plus marqué dans la modalité.

Il est donc logique de vouloir restituer cette pratique longuement usuelle de chanter le psaume de communion en alternance avec l'antienne. Malheureusement, les paroissiens grégoriens (780 et 800) ne donnent pas le psaume adéquat; pourtant  chaque messe a son propre psaume.

Le tableau à télécharger ici liste les dimanches et fêtes du Temporal avec le psaume adéquat et le renvoi aux pages du paroissien grégorien (780 et 800). Il indique également le mode grégorien de l'antienne de communion, par conséquent le mode de la psalmodie; de quoi faciliter la tâche. L'assistance s'arrête là, maintenant c'est à vous de chanter!

ImprimerE-mail

Histoire du chant grégorien: évolution ou décadence?

C'est un lieu commun de prétendre que le chant grégorien a subi une décadence du XIIe siècle au XIXe siècle et qu'il a été «ressuscité» grâce à l'action de Solesmes, laquelle école de Solesmes nous présente aujourd'hui le grégorien tel qu'il aurait été ou qu'il devrait être.

L'école de Solesmes a elle-même beaucoup évolué au cours du XXe siècle – ce qui est tout à son honneur – entre la théorie de Dom Mocquereau et la sémiologie de Dom Cardine.

On est en droit de se poser un certain nombre de questions :

•  Y a-t-il une référence unique en matière d'interprétation de chant grégorien?

•  Et si l'on était en mesure de retrouver le style d'interprétation ayant prévalu à l'époque de la création du grégorien (VIe-Xe siècles), ce style serait-il encore valable au XXIe siècle?

•  D'ailleurs, qui nous dit que durant une période aussi large dans le temps et l'espace géographique, un style unique aurait été adopté?

•  Chaque période ne considère-t-elle pas le chant liturgique à l'aune de ses propres critères?

•  Ne parle-t-on pas d'évolution ou de décadence suivant ces critères et l'attitude d'esprit du moment?

Lire la suite

ImprimerE-mail

Les neumes grégoriens

La notation grégorienne se fait à partir des éléments de base qu'on appelle les neumes. Pour interpréter le chant grégorien, il est indispensable dans un premier temps de pouvoir décomposer une mélodie en neumes; c'est le passage obligé de l'interprétation rythmique.
Cet article liste les différents neumes et leurs caractéristiques. Une vidéo d'exercices pratiques y sera jointe…

Notions de base du chant grégorien

Lire la suite

ImprimerE-mail

  • 1
  • 2