Schola Bellarmina : choix artistiques

Votre Schola a édité à ce jour 32 disques comprenant l'année liturgique. Pourriez-vous nous dire tout d'abord qui est la Schola Bellarmina ?

B. Lorber : La Schola Bellarmina a sa petite histoire. Nous avons débuté en 1998 à Bruxelles avec cinq chantres qui étaient rompus au grégorien depuis de longues années. Avec eux, nous avons réalisé tous les enregistrements du Temporal, donc les dimanches et fêtes du cycle liturgique ; en tout, ce furent 14 disques que nous avons produits en trois ans.
Quand j'ai quitté Bruxelles, je me suis retrouvé en France, œuvrant toujours dans le domaine de la musique sacrée. En 2007, j'ai créé l'association Sacra Musica. A partir de là, nous avons continué les enregistrements avec des chanteurs professionnels, avec lesquels nous avons publié 8 volumes, ce qui nous amène actuellement à 15 volumes comportant 32 disques.

.

Lire la suite

ImprimerE-mail

La Schola Bellarmina

bellarminaCette intégrale compte 29 disques et est en cours d’achèvement. Ayant une perspective en premier lieu didactique, l'accent est mis sur la précision de l'interprétation, d'où le choix d'un petit nombre de choristes rompus au chant grégorien.

La Schola Bellarmina est un chœur de voix d’hommes qui s’adonne au chant grégorien. Fondé en 1998 à Bruxelles, cet ensemble a produit la seule intégrale de chant grégorien sur disques compact actuellement disponible.

Lire la suite

ImprimerE-mail

Note concernant le choix des kyriale

Y a-t-il des règles précises à respecter dans ce domaine ou ne sont-ce que des coutumes?
Comment faire pour introduire un nouveau Kyriale dans une paroisse?
Autant de questions fréquemment posées qui sont dignes d'intérêt…

Le Liber usualis des éditions de Solesmes donne, au début de chaque kyriale, une indication concernant son usage. Ces indications correspondent au catalogage des fêtes selon les normes liturgiques d’avant 1962. Il faut cependant savoir qu’en la matière, il n’y a pas de règles déterminées par la Sacrée congrégation des rites, si ce n’est d’employer les messes XV à XVIII pour les féries. Il n’existe donc pas de règles absolues, mais des coutumes.

Lire la suite

ImprimerE-mail

Le chant des épîtres et évangiles: pourquoi et comment?

ALCG-37-boitierLa beauté de la liturgie dépend pour une bonne part de la beauté du chant. Dans ce domaine, le célébrant a un rôle important à jouer et ce d'autant plus que le fait de célébrer dignement et bellement est souvent plus efficace qu'un sermon.

Le chant de l'épître et de l'évangile ne se fait pas au hasard : le respect des accents toniques du mot latin entraîne quelques règles qu'il est indispensable de respecter si l'on souhaite viser un minimum de beauté. C'est d'ailleurs ce qui rend la chose plus difficile pour les prêtres de langue française, le français ayant une expression très plate en raison de l'absence d'accent tonique.

Lire la suite

ImprimerE-mail

  • 1
  • 2