Le pape Benoît XVI rappelle la vocation de la musique liturgique

benoit-xvi-pianoLe Saint-Siège a publié le 31 mai une lettre du pape écrite à l'occasion du centenaire de l'Institut Pontifical de Musique Sacrée fondé par saint Pie X. Adressée au cardinal Zenon Grocholewski, préfet de la Congrégation pour l'Éducation Catholique et grand Chancelier de l'Institut, le cardinal en fit la lecture le 26 mai à l'ouverture du Congrès international de musique sacrée, tenu à Rome du 26 mai au 1er juin.

Benoît XVI y précise que l'initiative de saint Pie X, faisant suite au Motu Proprio Tra Le Sollecitudini du 22 novembre 1903, avait fixé le programme d'une profonde réforme de la musique liturgique dans la tradition de l'Eglise et hors de l'influence des genres profanes.

Le Saint-Père souligne la prééminence de la musique grégorienne : « Cette intervention du Magistère dota l'Eglise universelle d'un centre d'étude et d'enseignement fidèles aux indications du Pape qui voulait un retour à la grande tradition grégorienne. En cent ans d'activité, l'Institut a assimilé, élaboré et transmis musicalement les enseignements pontificaux et ceux du Concile Vatican II, destinés à éclairer les compositeurs de musique liturgique, les maîtres de chapelle, les liturgistes, les musiciens et les enseignants ».

Lire la suite

ImprimerE-mail

Retour au chant grégorien!

Miserachs grauCe discours a été tenu en décembre 2005 par Mgr Valentino MISERACHS GRAU, président de l'Institut Pontifical de Musique Sacrée. Même si la messe dont il parle – celle de Paul VI – n'est pas le biothope d'origine du chant grégorien, il n'en reste pas moins que sa pensée sur la place du chant grégorien dans la liturgie catholique est vigoureuse et juste. Il enracine la musique sacrée dans son passé, se référant aux documents en la matière publiés par saint Pie X et par Pie XII. Un discours remarquable.

 

"Qu'une assemblée de fidèles puisse participer à une liturgie - et plus particulièrement à la messe - en chantant les pièces grégoriennes faites pour elle n'est pas seulement souhaitable : c'est l'idéal.

Ce n'est pas mon opinion que je formule ici : c'est la pensée de l'Église. Il suffit, pour s'en convaincre, de reprendre le Motu proprio Inter Sollicitudines de S. Pie X, de lire Pie XII (Musicae Sacrae Disciplina), de reprendre le chapitre VI de la Constitution sur la Liturgie de Vatican II et l'Instruction donnée par la Congrégation des Rites en 1967 ; il suffit de relire encore le chirographe donné par Jean-Paul II à l'occasion du 100e anniversaire d'Inter Sollicitudines écrit en 1903. Un autre exemple nous est donné par un article contenu dans les conclusions du Synode sur l'Eucharistie qui s'est tenu en octobre 2005 : "Au cours de leurs études, les futurs prêtres devront s'entraîner à saisir et à célébrer la messe en latin. (...) Ils devront apprendre la valeur du chant grégorien et devront éduquer les fidèles dans cette voie."

Lire la suite

ImprimerE-mail

  • 1
  • 2